UNE HISTOIRE DE VACHE

     Notre place sur la planète est bien plus importante que vous ne pouvez vous l’imaginer !

Tout comme les chevaux, les poules, les moutons, etc. nous avons choisi de collaborer avec vous, les hommes.

Nous vous donnons notre lait, notre viande, notre travail et en échange, vous nous donnez à manger et prenez soin de nous.

Nous amenons la bienveillance. Le système agricole dans nos pays occidentaux a poussé les paysans à produire toujours plus, à moindre coût, pour répondre à la demande des consommateurs.

On ne peut pas demander la lune ! Les conséquences sont rejetées aujourd’hui : manque de respect des animaux, alimentation inadaptée produisant des aliments déséquilibrées, sols malmenés ne pouvant plus assurer de bonnes conditions aux plantes...

Si vous voulez nous aider pour remettre les choses à leur place et que tout le monde aille mieux, c’est très simple !

Commencez par regarder ce que vous mangez, d’où ça vient et comment c’est produit. Si le prix est suffisant pour pouvoir faire vivre les paysans et respecter la nature alors tout se remettra en ordre.

Aujourd’hui vous payez 3 fois votre alimentation :

Manger de l'herbe pour être en bonne santé !

Et oui, nous les vaches nous sommes faites pour manger de l'herbe, de préférence fraîche, car nous sommes herbivores.

Ça paraît simple, mais en fait il y a une multitude d'espèces qui cohabitent dans nos prairies.

On mange en fonction de ce que l'on a besoin. On aime beaucoup les feuilles d'arbres mais aussi les feuilles d'orties. Bref, on est les mieux placées pour savoir ce dont on a besoin.

En hiver, on mange du foin séché en grange quand il n'y a plus d'herbe.

  • la 1re fois quand vous l’achetez (souvent pas cher)

  • la 2e fois quand vous payez une partie de vos impôts

  • la 3e fois quand vous payez votre mutuelle et votre système de santé.

Chaque année, nous mettons au monde un petit veau.

C'est ce qui nous permet de continuer à faire du lait. Ils restent avec nous pendant 2 à 5 mois et tètent à volonté. C’est nous qui leur apprenons la vie de vache et la relation avec l’homme.

Si c'est une femelle, elle sera élevée pour donner du lait elle aussi. A 18 mois, elle sera saillie par Joly coeur ou Mélo, et 9 mois plus tard, elle mettra au monde, à son tour, un petit veau.

Si c'est un mâle, il restera avec sa mère dans les prairies jusqu'à ses 4 mois 1/2 puis sera abattu pour donner de la bonne viande aux clients qui l'ont commandée.

La traite...

Deux fois par jour, Jean-Baptiste, Fanny, Marie ou Sandrine viennent nous sortir le lait des mamelles.  Jean-Baptiste et Fanny s'occupent d'entretenir les prairies, de nous soigner si besoin et en échange on leur donne notre lait.

Les choses ont bien évolué pour nous depuis quelques années !

Non seulement on va tout le temps dehors, mais depuis 2015, nos veaux restent avec nous jusqu'à leur sevrage, et depuis 2016 on a un taureau !

Depuis 2017, encore du nouveau, on est toutes taries (arrêt de la traite) en même temps pendant 1 mois 1/2 en hiver. C'est le repos pour tout le monde. On reste à l'étable en attendant que le temps soit meilleur, que l'herbe repousse et que les petits veaux naissent. Ils sont trop mignons ! Vous pouvez venir les voir à partir de février.

C'est essentiel de faire du bon lait !

Tous les produits fabriqués sur la ferme sont faits avec notre lait qui n'a subi aucun traitement. On dit qu'il est cru. C'est ce qui est meilleur pour notre petit donc pas de raison qu'il ne soit pas bon pour vous!

Contrairement à ce que beaucoup laissent entendre, le lait est une matière vivante, pleine de bonnes choses. C'est un aliment complet, très riche en vitamines, avec différentes vertus comme anti-coagulant, anti-allergiques... mais beaucoup disparaissent dès qu'on lui fait subir un traitement thermique (pasteurisation, stérilisation) ou mécanique (écrémage).

Alors que si on garde le lait tel qu'on l’élabore (nous les vaches), il est riche en bonnes bactéries (les mauvaises n'ont pas la place de se développer), les vertus et vitamines sont conservées et vous en profitez!

En plus comme on mange de l'herbe et du bon foin, il est juste équilibré en OMEGA 3 et OMEGA 6 et en carotène. Ça lui donne une petite couleur orangée.

Ceux qui l'ont goûté savent qu'il a une saveur peu ordinaire. Ça vient aussi du fait qu'on soit de race normande, car nous avons été sélectionnées depuis longtemps pour nos qualités de fromagères et donc pour la qualité de notre lait (qui en plus est moins gras que beaucoup d'autres races). Ca vient aussi du fait que Fanny utilise des ferments autochtones pour faire les fromages. Concrètement elle fait maturer le lait trait à la main. Seule les bacteries de la ferme sont donc cultivées. C'est incroyable ce que ca a apporté au fromage : goût, texture, stabilité et protection, que du benefice!

Convaincus ou non?

Allez, une dernière couche !

La plupart des intolérances ou allergies au lait de vache sont dues à deux phénomènes :

  • pour certains, à partir d'un certain âge, ils ne sont plus capables de synthétiser la lactase, enzyme qui permet de digérer le lactose (sucre du lait), du coup, ils ne digèrent plus le lait et ils n'y peuvent rien, c'est génétique,

  • pour les autres, c'est souvent le traitement thermique du lait qui dénature ses protéines. Cela provoque des intolérances.

      N’écoutez plus les recommandations des publicités.

Votre corps sait ce dont il a besoin à condition qu’on lui offre des aliments bruts, non transformés et trafiqués par l’homme. Pas besoin de 3 produits laitiers par jour, c’est excessif. Mais le lait fait partie de notre alimentation depuis des milliers d’années et c’est lui qui nous a permis de pallier les sécheresses et de remédier aux famines.

Dans la plupart des pays où les paysans sont encore majoritaires et produisent essentiellement l’alimentation pour eux et leurs proches, le lait reste l’aliment de base.